…fuites de cerveau 2.0… sur France Bleu Besançon

Ça vaut le détour, émission de France Bleu Besançon avec Angel Carriqui invité par Thierry Eme le 04.07.18 pour le livre …fuites de cerveau 2.0…

…fuites de cerveau 2.0…

 

…le deuxième tome

…fuites de cerveau 2.0…

fuites de cerveau 2.021€ port comprisme contacter par mail

…deuxième volet de la série …fuites de cerveau… que le bouche à oreille susurrait à grands cris depuis longtemps déjà parce que, il faut bien se rendre à l’évidence, ça continue allégrement de fuir dans tous les sens (au propre comme au figuré)…
…il s’agit, comme dans le premier tome, d’une joyeuse enfilade de pensées, aphorismes, interrogations diverses, remarques sous-jacentes, réflexions multiples, rumeurs plus ou moins insistantes, apartés ostentatoires, considérations intenses, méditations frappées au coin du nonsense, brèves de comptoir et dernières pour la route…
…avec toujours, bien évidemment, deux ou trois petites choses amusantes par-ci par-là pour pouvoir se détendre un peu de temps en temps…

 

fuites de cerveau, mon amour…

…j’ai eu une idée marketing de derrière les fagots pour pouvoir pédaler sans vergogne dans la grande foire commerciale de la Saint Valentin, j’ai ajouté discrètement quelques mots bien choisis au titre de mes bouquins et hop, le monde du batifolage mourra d’envie d’offrir mes pensées à la dame des siennes, comme de vulgaires pots de sucre à l’huile de palme…
fuites de cerveau mon amour
12€Paypal ou CBme contacter par mail 15×21 cm 220 pages ISBN : 979-1-0944-7500-3

fuites de cerveau (pensées) Angel Carriqui …

il paraît qu’il y a des gens qui ont commencé leur carrière comme dame-pipi et qui ont fini chef de cabinet

fuites de cerveau (pensées) Angel Carriqui …

il paraît que Tino Rossi voulait enregistrer une version pour les gens du nord de sa chanson :
« O Catalinetta bella, Ch’ti-Ch’ti »…

fuites de cerveau (pensées) Angel Carriqui …

le bonheur, c’est comme le livreur de colis, quand il passe, on n’est soi-disant jamais là

fuites de cerveau (pensées) Angel Carriqui …

quand on est bête à manger du foin, on risque bien de trouver la fameuse aiguille avant tout le monde