du coup, les grands classiques enfin compréhensibles, en fait (3) …

Le pont Mirabeau ( Guillaume Apollinaire et moi )

– version réactualisée –

Sous le pont Mirabeau, à la base,
Coule la Seine
Et nos amours, en termes de vécu,
Faut-il qu’il m’en souvienne ?
La joie venait toujours, au niveau du ressenti,
Après la peine
 
Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont et, y’a pas photo,
Je demeure.
 
Passent les jours et, c’est ballot,
Passent les semaines
Ni temps passé, non mais j’hallucine,
Ni les amours reviennent
Sous le pont Mirabeau, point barre,
Coule la Seine
 
Vienne la nuit sonne l’heure
Les jours s’en vont et, y’a pas photo,
Je demeure.

 

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s