du coup, ça le fait, les grands classiques enfin compréhensibles (2) …

Le Corbeau et le Renard ( Jean de la Fontaine et moi )

– version réactualisée –

Maître Corbeau, sur un arbre perché,
Tenait, c’est clair, en son bec un fromage.
En même temps, Maître Renard, par l’odeur
Alléché, lui tint, en fait, à peu près ce langage :

« Hé ! bonjour, Monsieur du Corbeau.
Que vous êtes trop joli !
Que vous me semblez trop beau !
Je dis ça, je dis rien, mais si votre ramage
Se rapporte à votre plumage,
Vous êtes grave le Phénix de chez Phénix
Des hôtes de ces bois. »

A ces mots, c’est que du bonheur,
Le Corbeau ne se sent pas de joie ;
Et pour faire le buzz avec sa belle voix,
Il part en live en ouvrant un large bec
Et laisse tomber sa proie.

Du coup, le Renard s’en saisit, et dit :
« Dans ton cul, mon bon Monsieur,
Apprenez que tout flatteur,
Est pété de rire aux dépens de celui qui l’écoute :
Cette leçon qui déchire sa race de sa
Grand-mère vaut bien un fromage, sans doute. »

Le Corbeau, en mode honteux et confus,
Jura que tout ça, ça le gave, qu’il allait fermer
Sa page Facebook et qu’on ne l’y prendrait plus.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s