…booky-blues…

…souvent, à la naissance d’un nouveau livre, à l’aboutissement d’un an et demi de travail, d’hésitations, de remaniements, de découragements et de larmes aux yeux quand je trouve une connerie qui me fait éclater de rire, tout seul dans mon coin ; souvent, donc, après qu’un camionneur intrépide ait déposé sa cargaison d’une négligente manœuvre de son transporteur fourchu, il y a le sempiternel coup de blues qui me prend à la gorge : je dois décharger la palette…

palette

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.